Loix, Duval et Schoonbroodt : le Spa Rally 2016 s’offre de beaux vainqueurs !

21/03/2016



Freddy Loix (Belgian Rally Championship) et François Duval (Belgian Historic Rally Championship) ont fait honneur à leur titre de favoris de la deuxième édition du Spa Rally : ils se sont imposés dans leur catégorie respective au terme d’une course à la fois brillante et régulière.

Jusqu’au bout, leurs challengers ont pourtant maintenu la pression, contribuant à faire de ce deuxième rendez-vous de la saison une totale réussite sportive, doublée d’un beau succès populaire. Des milliers de passionnés ont en effet savouré le spectacle tout au long d’un parcours qui a fait l’unanimité, prouvant ainsi que l’histoire d’amour entre Spa et le rallye n’est pas près de se terminer.

Reparti samedi matin avec une avance minime sur Kris Princen, Freddy Loix a d’emblée adopté un tempo très élevé afin de faire le break. Au premier retour à l’assistance, il avait creusé un écart dépassant la vingtaine de secondes et il a ensuite augmenté légèrement son avantage pour le porter finalement à une bonne demi-minute. Jamais pourtant il n’a pu se permettre d’assurer le coup : « Cette victoire prend un relief tout particulier car elle est conquise au terme d’un rallye stressant pour moi », commentait-il en descendant du podium. « J’ai eu beau attaquer au maximum, je ne suis jamais parvenu à distancer définitivement Kris. Durant l’après-midi quand j’ai légèrement levé le pied dans le secteur le plus exigeant, il m’a repris 3 secondes… Donc, j’ai réagi immédiatement. C’est comme ça que j’aime le rallye : la bagarre à coups de secondes ! Je terminerai en soulignant combien j’ai été séduit par le parcours qui, à part l’une ou l’autre portion de terre, était absolument superbe et terriblement sélectif. Des spéciales pareilles, on en redemande ! »

Jusqu’au bout, Kris Princen s’est battu pour tenter de faire trébucher le champion de Belgique. Ayant perdu un peu de temps samedi matin, le représentant officiel de Peugeot Belgique Luxembourg avouait – malgré… une sévère extinction de voix – qu’il n’aurait pu faire mieux : « A la régulière, je ne vois pas comment j’aurais pu battre Freddy », expliquait-il en s’extrayant de sa belle 208T16 R5. « J’attends avec impatience la prochaine évolution qui apportera une quinzaine de cv supplémentaires à ma monture. Cela dit, cette 2

ème

 place me convient car elle a été acquise de haute lutte après un terrible duel sur un terrain superbe. »

A l’arrivée, 35’’6 précisément séparaient « Fast Freddy » de son challenger tandis que la 3

e

 place est revenue à Vincent Verschueren qui a pris en fin de course la mesure de Xavier Bouche. Disposant chacun d’une Skoda Fabia R5, les deux hommes se rejoignaient pour souligner combien le duo de tête apparaissait pour l’heure difficile à battre : « Freddy et Kris s’appuient sur une grosse expérience au volant d’engins aussi performants que ces R5 et pour espérer les battre, il importe d’accumuler des kilomètres afin d’en cerner précisément les limites. Cela se fera au fil des prochains rallyes… »

Concluant le top 5, Cédric De Cecco a rempli son objectif pour ses débuts sur la Peugeot 208T16 R5 : « Quelle auto fabuleuse ! », confiait-il avant de franchir le podium. « J’ai suivi mon plan de bataille en m’efforçant de la découvrir progressivement et je suis fier d’avoir signé deux 3èmes temps ce samedi. Là, j’éprouve juste un regret : celui de devoir rendre un jouet absolument fabuleux… dont j’espère pouvoir disposer à nouveau le plus vite possible. »

Après un galop d’essai au Condroz, Guillaume Dilley retrouvait la DS3 R5 et une nouvelle fois, il a  en fait excellent usage. Guidé par l’expérimenté Stéphane Prévot, le jeune Brabançon a rallié l’arrivée en 6

ème

 position après avoir connu quelques mécomptes : deux passages difficiles dans le brouillard de La Reid, un souci de pédale de freins bloquée par… un écrou de fixation d’extincteur épris de liberté, et une crevaison. Le bilan final reste cependant largement positif, le sociétaire du Citroën Belux Junior Team ayant engrangé en deux jours une expérience qui se révélera très profitable lors des prochains rendez-vous. 

Au classement final, le champion de Belgique R3 précède Benoît Allart et Eric Cunin (tous deux sur Skoda Fabia WRC) auteurs chacun de plusieurs chronos d’excellente facture, puis Michael Albert et Anthony Martin, meilleurs représentants du clan Mitsubishi sur leurs Evo9.

Au tableau d’honneur du BRC, on rangera encore Stéphane Hermann (Fiat Punto) souverain en 2 roues motrices après avoir signé plusieurs performances « décoiffantes », Frédéric Bouvy (Porsche 997) lauréat en RGT et excellent 13ème de la hiérarchie absolue,  les régionaux Fabrice Jehenson (Renault Clio) et Antoine Luxen (Peugeot 205) épatants sur leurs petites tractions, et Amaury Molle (Opel Adam) meilleur Junior.

Duval au rendez-vous

Comme l’épreuve « moderne », la joute réservée aux voitures historiques a tenu les spectateurs en haleine. De retour dans une région spadoise où il a souvent brillé, François Duval y retrouvait une Ford Escort RS aux couleurs Gordon. Opposé à plusieurs excellents challengers disposant de Porsche 911, le vainqueur du rallye d’Australie 2005 a répondu à l’attente… et ne regrettait pas le déplacement : « J’étais venu au Spa Rally pour me faire plaisir et j’ai pleinement atteint cet objectif. J’ai vraiment pris mon pied sur ce parcours rapide, technique et rendu très piégeux par une météo plus hivernale que prévu. En plus, j’ai dû attaquer jusqu’au bout car les gars en Porsche ne m’ont laissé aucun répit. »

Effectivement, Bernard Munster, François De Spa et Jean-Pierre Van de Wauwer sont restés jusqu’au bout à l’affut derrière le favori. Si le premier nommé a payé au prix fort une crevaison et des soucis de crémaillère de direction (il finit 5ème), les deux autres ont terminé dans cet ordre derrière le pilote de l’Escort malgré quelques mécomptes (atterrissage brutal après un jump pour l’un, mauvais choix de pneus et… trafic dans une spéciale-show pour l’autre). Se maintenant dans le sillage des meneurs, Geoffrey Leyon (Ford Escort RS Mk1) a conquis une belle 4e place qui aurait pu revenir à Pieter Jan Maeyaert  (Ford Escort RS Mk2), hélas sorti de la route en vue de l’arrivée alors qu’il se donnait à fond pour tenter de conquérir la médaille de bronze.

Schoonbroodt-Gehlen souverains

Trois rallyes en un seul : ce Spa Rally accueillait aussi les fans de régularité parmi lesquels Gaetan Schoonbroodt – bien guidé par François Gehlen à bord d’une belle Ford Escort RS – s’est montré le meilleur. Pointé très tôt en tête, alors que deux favoris avaient disparu (sortie pour Christian Crucifix, incendie pour Daniel Reuter), Schoonbroodt s’est nettement imposé devant Pascal Gonin (drivé par Marc Sevrin sur une BMW 2002 Tii) et François Destrée (épaulé sur sa Volvo Amazon par Frédéric Van Rijckevorsel).

Le rideau est tombé sur cette deuxième édition du Spa Rally qui a pleinement répondu aux attentes. Mieux encore qu’en 2015, l’équipe de DG Sport a gagné son pari… et elle prend date pour 2017 : le troisième Spa Rally est déjà lancé !

retour au panorama des nouveautés »
Visit a store
Find Herock